L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum
L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Goliarda Sapienza [Italie]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Autre littérature européenne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sousmarin
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2014
Messages: 346
Localisation: Sarthe
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 21:23 (2014)    Sujet du message: Goliarda Sapienza [Italie] Répondre en citant


Citation:
Comédienne et auteure italienne née à Catane (en Sicile) en 1924 et morte à Rome en 1996, Goliarda Sapienza est née dans une famille socialiste anarchiste. Son père, avocat, fut une figure importante du socialisme sicilien jusqu'à l'arrivée des fascistes et sa mère était directrice du Grido del popolo (Le Cri du peuple), le journal de de la section turinoise du Parti socialiste dont Antonio Gramsci était un des rédacteurs.
En 1940, une bourse d'étude permit à Goliarda Sapienza d'entrer à l'Académie d’Art Dramatique à Rome. Dans les années qui suivirent, elle se produisit régulièrement sur les scènes de théâtre, entre autres dans des pièces de Luigi Pirandello. Tardivement, elle enseigna la comédie au Centre Expérimental de Cinématographie de Rome.
Son roman L'Art de la Joie, écrit entre 1967 et 1976, est considéré comme une œuvre majeure de la littérature italienne contemporaine. Il suscita pourtant énormément de réticence de la part des éditeurs italiens pour son contenu contestataire et féministe. Il ne fut publié en italien qu'en 1998, après la mort de son auteure.
(Source wikipedia)

L'Art de la Joie :
Ca commence très fort, en quelques 30 pages (il y en a plus de 800), une fillette de 5 ans apprend le plaisir sexuel en entendant sa sœur handicapée gémir de peur dans les toilettes ; elle demande alors des conseils à un garçon d’une douzaine d’années, qui finit par lui faire un cunnilingus…ensuite, elle est violée par son père et trucide volontairement sa sœur et sa mère…voilà !
Ah oui, elle simule des crises d’hystérie pour s’enfoncer dans la poitrine confortable de la religieuse qui a sa garde mais également pour éviter les interrogatoires suspicieux des gendarmes.
Inutile de vous dire que ce n’est pas politiquement correct mais fort bien écrit.

Extrait à mi parcours :
Citation:
Et voyez, me voici à quatre, cinq ans traînant un bout de bois immense dans un terrain boueux. Il n’y a pas d’arbres ni de maisons autour, il n’y a que la sueur due à l’effort de traîner ce corps dur et la brûlure aiguë des paumes blessées par le bois. Je m’enfonce dans la boue jusqu’aux chevilles mais je dois tirer, je ne sais pas pourquoi, mais je dois le faire. Laissons ce premier souvenir tel qu’il est : ça ne me convient pas de faire des suppositions ou d’inventer. Je veux vous dire ce qui a été sans rien altérer.

Donc, je traînais ce bout de bois ; et après l’avoir caché ou abandonné, j’entrai dans le grand trou du mur, que ne fermait qu’un voile noir couvert de mouches. Je me trouve à présent dans l’obscurité de la chambre où l’on dormait, où l’on mangeait pain et olives, pain et oignon. On ne cuisinait que le dimanche. Ma mère, les yeux dilatés par le silence, coud dans un coin. Elle ne parle jamais, ma mère. Ou elle hurle, ou elle se tait. Ses cheveux de lourd voile noir sont couverts de mouches. Ma sœur assise par terre la fixe de deux fentes sombres ensevelies dans la graisse. Toute la vie, du moins ce que dura leur vie, elle la suivit toujours en la fixant de cette façon. Et si ma mère – chose rare – sortait, il fallait l’enfermer dans les cabinets, parce qu’elle refusait de se détacher d’elle. Et dans ces cabinets elle hurlait, elle s’arrachait les cheveux, elle se tapait la tête contre les murs jusqu’à ce qu’elle, ma mère, revienne, la prenne dans ses bras et la caresse sans rien dire.

Pendant des années je l’avais entendue hurler ainsi sans y faire attention, jusqu’au jour où, fatiguée de traîner ce bois, m’étant jetée par terre, je ressentis à l’entendre crier comme une douceur dans tout le corps. Douceur qui bientôt se transforma en frissons de plaisir, si bien que peu à peu, tous les jours je commençai à espérer que ma mère sorte pour pouvoir écouter, l’oreille à la porte des cabinets, et jouir de ces hurlements. Quand ça arrivait, je fermais les yeux et j’imaginais qu’elle se déchirait la chair, qu’elle se blessait. Et ce fut ainsi qu’en suivant mes mains poussées par les hurlements je découvris, en me touchant là d’où sort le pipi, que l’on éprouvait ainsi une jouissance plus grande qu’en mangeant le pain frais, les fruits. Ma mère disait que ma sœur Tina, “la croix que Dieu nous a justement envoyée à cause de la méchanceté de ton père”, avait vingt ans ; mais elle était grande comme moi, et si grosse qu’on aurait dit, si on avait pu lui enlever la tête, la malle toujours fermée de mon grand-père : “Un damné, plus encore que son fils…”, qui avait été marin. Quel métier c’était que celui de marin, je n’arrivais pas à le comprendre. Tuzzu disait que c’étaient des gens qui vivaient sur les bateaux et allaient sur la mer … mais qu’est-ce que c’était que la mer ?


L’héroïne voit le jour le 1er janvier 1900 et nous la suivons en Sicile dans le siècle déroulant. Devenue, grâce aux mensonges, aux tricheries et aux meurtres, le « Maître » (avec le titre de princesse) d’une famille noble, elle règne et prend sa jouissance quand elle le veut (parfois le peut) et fait, en toutes circonstances, de l’insoumission son préalable au bonheur…
Elle n’est pourtant ni antipathique, ni amorale, elle protège sa famille, aide ses amis, les venge même en mettant sa situation en péril. Elle réagit souvent avec passion…c’est un personnage complexe et se remettant en cause ; une vraie Pasionaria qui, après nous avoir fait traverser le début du siècle régit par la noblesse et l’église, nous entraîne dans l’aventure mussolinienne…que va-t-elle devenir avec ses sympathies socialistes (ses amis mourants à la pelle) et sa position de princesse ?
Une écriture très centrée sur le personnage (dénommée Modesta) et parlant en son nom. Nous suivons ses pensées, son schéma de réflexion, sans minimiser ses défauts.
Un personnage très construit, bien encadré par les personnages secondaires ; une écriture tout à son service, fluide mais dense.

La dernière partie, rédigée bien plus tard par l’auteur, fait un peu l’effet de rajout pas vraiment utile. Dès le début du dernier tiers, le roman perd en intensité.
Il faut dire qu’il part sur les chapeaux de roues et qu’il maintient un rythme impressionnant pendant plus de 500 pages alors on lui pardonnera cette petite faiblesse.
On lui pardonnera aussi les quelques fautes de traduction (tournures de phrases et mots inappropriés).
Pas un grand roman mais un excellent roman, un peu trop didactique mais intelligent, un peu trop manichéen mais pas sans nuance.
Et surtout, sa première et plus grande qualité est son souffle…qui, conjugué avec celle de son héroïne, balaie tout sur son passage malgré la fragilité et l’apparente force de cette dernière…à moins que cela ne soit le contraire…
Le lecteur ne peut s’empêcher de s’identifier à Modesta qui, pour le meilleur et pour le pire, nous apparaît telle qu’elle est : exceptionnellement humaine !
_________________
Hier encore un,
Chaque pétale de neige,
Redevient de l'eau.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Fév - 21:23 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Autre littérature européenne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com