L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum
L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La littérature bulgare

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Littérature russe, d'Europe centrale et orientale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 05:19 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

La littérature bulgare: une litterature ou la parole qui a aide la nation a survivre 


Le Verbe bulgare c’est a dire les lettres mériteraient d’être mieux connues, car elles ont toujours revêtu une importance et une signification particulières pour le paysbulgare. Le Verbe a consolide la Nation et lui a permis de résister aux invasions et occupations étrangères ou idéologiques, de préserver son identite culturelle.
La place que la Bulgarie a toujours occupee en Europe, ses relations etrangeres, et sa position géographique ont fait que cette littérature forme depuis ses origines un pont entre l’Orient et l’Occident. L’Etat bulgare est né, en 681, de l’union de deux ethnies différentes – les Slaves et les Protobulgares venus d’Asie centrale – qui eurent la sagesse de s’allier face au puissant voisin byzantin. Avec les croisades, et les diverses occupations, cette terre avait toujours des contacts avec d’autres cultures de l’Ouest comme de l’Est.
Les premiers souverains de ce nouvel Etat eurent très vite conscience qu’il fallait cimenter son unité par une seule religion, une Eglise indépendante et surtout une langue qui soit à la fois langue d’Etat, de la prière, et de la littérature. Boris Ier, converti à l’orthodoxie, a la sagesse d’accueillir en Bulgarie les disciples des deux frères missionnaires Cyrille et Méthode chassés d’Europe centrale. Il leur offre les meilleures conditions pour poursuivre leur œuvre. Il s’agit de la création d’alphabets slaves: d’abord le glagolitique attribué à Constantin le Philosophe (plus connu sous le nom de saint Cyrille), puis le cyrillique qui porte son nom et devint l’alphabet des Slaves de l’est et du sud. Le vieux bulgare fut donc la première langue écrite du monde slave sur la base de laquelle on édifia toute une litterature.
En 1396, la Bulgarie est occupée par l’empire ottoman. La domination ottomane, qui dura presque cinq siècles, fut une époque sombre pour les Bulgares et pour leur littérature brutalement arrêtée dans son élan. A part des récits apocryphes, des épopées populaires et, plus tard, les Damaskini, recueils de textes d’inspiration religieuse et profane, les lettres bulgares produisent peu, par rapport a ce qui se passe en Europe du XV-eme au XVIIIeme siecle.
Mais le Verbe qui fit renaître la nation: c’est “L’Histoire des Slaves bulgares”, texte fondateur de la Renaissance nationale ecrit par le moine bulgare Païssiï de Khilendar.Dans son livre, il suggere a ses compatriotes de sortir de leur léthargie, de prendre conscience de leur langue, de leur histoire, de leur rôle dans le passé, et de s'opposer au double joug – la domination politique ottomane, et l’emprise spirituelle et religieuse grecque. D’autres grands noms marquent cette periode de Renaissance et luttes pour la liberation nationale – Hristo Botev, Naiden Guerov, DobriTchintulov, Luben Karavelov et baucoup d’autres qui apportent a la litteraturebulgare une nouvelle forme, diversifiee et moderne.
La Renaissance bulgare est une époque fascinante de formation d’une conscience et d’une identité nationales, rappelant à la fois les Lumières et le romantisme, où la littérature et la culture sont mises au service du combat pour une Eglise indépendante puis pour la liberté.
La libération de la Bulgarie de la domination ottomane, à l'issue de la guerre russo-turque de 1877-78 et la constitution d'un jeune Etat souverain, marquent un tournant dans le développement des lettres de ce pays. C’est une période de transition entre une littérature de combat et une littérature caractérisée par des nouvelles préoccupations esthétiques. Elle est dominee par une oeuvre - apogée du réalisme bulgare du grand ecrivain Ivan Vazov, surnommé «le Patriarche de la littératurebulgare». Il a créé dans tous les genres et on lui doit le premier véritable roman bulgare, Sous le Joug, épopée empreinte d’un réalisme romantique qui évoque les lutte de libération nationale .
La liberation change le paysage culturel bulgare. Le rattrapage du temps perdu dans tous les domaines, ne se fait pas sans crise. Une veritable querelle entre “Anciens” et “Modernes” a accompagne le rejet de la litterature jugee depassee et la recherche d’une identite nationale et l’aspiration a l’integration aux grands courants litteraires europeens.

_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 8 Avr - 05:19 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 05:22 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

On peut en lire encore ici. 

_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 05:24 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

suite :


Le 10 novembre 1989, le régime communiste en Bulgarie s’effondre, et, dans l'euphorie de la liberté d'expression retrouvée, de la restauration de la démocratie, une fraction importante des écrivains se lançait dans la politique et la littérature. D'autres demeurent un peu à l'écart, comme Viktor Paskov dont l'œuvre, en grande partie autobiographique, est une critique du totalitarisme et une apologie des créateurs et des artistes: Ballade pour Georg Henig (paru juste avant la fin du régime, à la faveur de la péréstroïka), Allemagne, conte cruel, Big Business.

Bogdan Bogdanov est un Intellectuel de grande envergure et valeur, essayiste, humaniste, professeur et fondateur de la Nouvelle Université bulgare en 1991 l’auteur de synthèses et recueils critiques remarqués sur la littérature grecque, le rôle de l’intellectuel, le communisme et… l’Homo balkanicus.

Il est vain de vouloir enfermer la création dans des courants bien définis, on peut tout de même dégager de grandes tendances: parallèlement à la nécessité d’expliquer et de tenter de comprendre le totalitarisme et ses ressorts, certains écrivains qui s’étaient déjà fait connaître sous le communisme décrivent avec réalisme et en les dénonçant les mécanismes sociaux de la société nouvelle, la corruption, le blanchiment de l’argent, la montée des nouveaux riches (Alexandar Tomov, Vlado Daverov). Quant aux jeunes écrivains, ils manifestent une volonté très claire de s’affranchir de la tradition réaliste qui a dominé la littératurebulgare depuis un siècle et recherchent une fragmentaire, libérée des tabous du passé, en accord avec les recherches de leurs collègues occidentaux. Alek Popov par ses nombreux récits au ton souvent baroque, grotesque et humoristique (Rêves obscènes, Le cycle du chou, Le chemin vers Syracuse); Guéorgi Gospodinov, poète et prosateur dont le premier roman intitulé Un Roman naturel a fait particulièrement parler de lui récemment, car il témoigne d’une recherche intéressante sur la langue, dans une thématique et une technique résolument modernes. Quant au dernier roman paru d’Emilia Dvorianova, écrivaine et philosophe,Passion, ou la mort d'Alissa, il mêle intrigue policière, musique et philosophie dans une langue très travaillée, étonnamment musicale et peu ordinaire. Le poète, critique et traducteur Ivan Borislavov, qui avait déjà publié plusieurs recueils avant 1989 enchante par la musicalité et la puissance évocatrice de son verbe (Nid au-dessus de l’abîme, Instants avec Paris, Lunatique frappé par le soleil, Partition pour silence). Dans le domaine de la dramaturgie, la pièce de Hristo Boytchev Le Colonel-oiseau qui évoque sur le mode métaphorique le désespoir et le rapport à l’histoire des «petits» peuples oubliés des «grands» est un beau succès en France où elle a été représentée dans plusieurs villes (Paris, Nancy, Avignon, Aubervilliers).

Tout à fait à part est le cas d’Angel Vagenstein, bien connu dans son pays en tant que scénariste, qui a écrit tout récemment son premier roman, Le Pentateuque ou les 5 livres d’Isaac, au message de tolérance et de respect d’autrui dans la différence. 

Grâce aux Belles étrangères, la littérature bulgare qui fait partie intégrante de notre patrimoine culturel commun a quelques chances d’être mieux connue en France.La nouvelle litterature bulgare, issue de sa nouvelle naissance, se trouvant affranchie des dogmes du passé, aidera les créateurs à survivre au poids de l’idéologie et de l’aliénation, elle pourra trouver une reconnaissance méritée au sein de la communauté culturelle de l’Europe.
_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 05:29 (2014)    Sujet du message: Rouja Lazrova Répondre en citant

 



Citation :Au cœur du roman, trois femmes. Trois femmes qui se transmettent de génération en génération la douleur de la disparition de Peter, fusillé en 1946 « en tant qu’ennemi du peuple pour avoir contribué, par ses activités de jazzman, au pourrissement de l’esprit prolétarien ». Autour d’elles des proches et des amis dont les destins se croisent, se décroisent, s’entrelacent au fil des ans.




tout l'article
_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
sousmarin
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2014
Messages: 346
Localisation: Sarthe
Masculin

MessagePosté le: Mer 9 Avr - 19:57 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Très surpris Très belle présentation d'une littérature que je ne connais pas.

Qui conseilles tu pour une première immersion ?
_________________
Hier encore un,
Chaque pétale de neige,
Redevient de l'eau.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 10 Avr - 06:25 (2014)    Sujet du message: Victor Paskov Répondre en citant

Voila quel ecrivains je conseille - ce n'est pas de la grande litterature, mais c'est de la bonne litterature


 
 
Citation:
Victor Paskov (10 septembre 1949 – 16 avril 2009) était un écrivain, musicien, scénariste et musicologue bulgare

Ballade pour Georg Hennig de Victor Paskov chez Rivages.





 
Citation:
L'action dans le livre se passe juste apres l'instauration du communisme en Bulgarie, dans les annees 1944 et 1945. Ce petit livre est un conte de fee parce que le narrateur est un enfant. Par ses yeux on voit le vieux luthier tcheque, émigré de Bohème, le milieu familial, le quartier, et tout ce qui touche à la musique, à la création artistique, et à la morale.
Dans cet univers sans joie chacun essaie de trouver une échappatoire : la mère par le travail et la rancœur, le père par la musique et une feinte acceptation de son sort, l’enfant par une magie qui allierait la beauté et l’affection....

_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 10 Avr - 06:25 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Victor Paskov appreciait beaucoup  la France et les francais(es
. A la fin de sa vie, il a ete marie a sa traductrice en francais, Marie Vrinat. C'est une grande amie de la Bulgarie qui a un apport considerable pour l'amitie franco-bulgare en tant que linguiste et traducteur.
_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
Lucile
Poussin

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2014
Messages: 69
Localisation: Lunéville
Féminin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 17 Avr - 12:43 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Merci pour cette présentation Hesperide. Grâce à toi, je vais pouvoir commencer à m'intéresser à la littérature bulgare. Je ne connais comme auteur bulgare qu'en Franco-bulgare, Tzvetan Todorov dont j'ai lu Introduction à la littérature fantastique et Le nouveau désordre mondial, réflexions d'un Européen. J'aime beaucoup Todorov, il a toujours un point de vue nuancé, loin des polémiques parisiennes.
Revenir en haut
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 18 Avr - 06:32 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Cela me fait plaisir que tu connaisses Tsvetan Todorov, Lucile! Merci Salut ou bonjour ou "chapeau bas" !


Le premier livre de Tzv. Todorov que j'ai lu, c'etait "Introduction à la littérature fantastique" de 1970. (A cette epoque-la, j'aimais lire ce genre litteraire et j'etais curieuse de savoir ce que cet intellectuel bulgare francophone en dit)





 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
Je me rappelle sa celebre definition du fantastique:Citation :"Le fantastique occupe le temps de cette incertitude ; dès que l'on choisit l'une ou l'autre réponse, on quitte le fantastique pour entrer dans un genre voisin, l'étrange ou le merveilleux. Le fantastique, c'est l'hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturelle."A partir decette thèse, Todorov developpe sa théorie se basant sur de nombreuses études à partir de diverses oeuvres fantastiques et aussi à partir de l'étude et de la classification des autres genres "voisins" tels que l'étrange et le merveilleux. Il le fait en 10 paragraphes:
1) Les genres litteraires.
2) Definition du fantastique.
3) L'étrange et le merveilleux.
4) La poé sie et l'allegorie.
5) Le discours fantastique.
6) Les thèmes du fantastique : introduction.
7) Les thèmes du Je.
8 ) Les thèmes du Tu.
9) Les thèmes du fantastique : conclusion.
10) Littérature et fantastique.

Je me rappelle aussi que c'etait une etude basique qui aurait bien pu servir les etudiants et je dirais que meme aujourd'hui, ou il y a le fantasy, les livres sur les vampirs (si modernes), Le Seigneur des anneaux, Harry Poter etc, ce livre de Todorov est actuel.
_________________
On est aussi grand que ses reves.


Dernière édition par Hesperide le Jeu 1 Mai - 05:53 (2014); édité 2 fois
Revenir en haut
nihilobstat
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2014
Messages: 134
Localisation: Galice. Espagne
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Avr - 20:00 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Todorov, j'en ai un souvenir assez vague: on l'étudiait à la faculté, bien sûr...Mais ce que je sais surtout, c'est qu'il est le mari de Nancy Huston, un de mes écrivains préférés. Je lui dois d'ailleurs une mention sur l'Ancre. Elle y a sa place!!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 05:50 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Moi aussi, j'aime beaucoup lire Nancy Huston. Je vais aler voir le fil.
_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
nihilobstat
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2014
Messages: 134
Localisation: Galice. Espagne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 07:28 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

Pas encore fait....ne te presse pas, Hesperide!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hesperide
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2014
Messages: 148
Localisation: Entre deux pages d'un livre
Féminin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 18:05 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

OK, j'ai mal compris. Mon livre prefere de N. H. c'est Infrarouge.
_________________
On est aussi grand que ses reves.
Revenir en haut
nihilobstat
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2014
Messages: 134
Localisation: Galice. Espagne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 20:18 (2014)    Sujet du message: La littérature bulgare Répondre en citant

pas lu...C'est bien?
Lignes de faille....pour moi...formidable.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:39 (2017)    Sujet du message: La littérature bulgare

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Littérature russe, d'Europe centrale et orientale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com