L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum
L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Jonathan Littell

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Littérature française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sousmarin
Plume aguerrie

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2014
Messages: 346
Localisation: Sarthe
Masculin

MessagePosté le: Jeu 23 Jan - 21:05 (2014)    Sujet du message: Jonathan Littell Répondre en citant



Citation:
Jonathan Littell, né le 10 octobre 1967 à New York, est un écrivain franco-américain. Son roman Les Bienveillantes, écrit entièrement en français et signé à l'âge de 39 ans, lui vaut le prix Goncourt 2006 et le Grand Prix du Roman de l'Académie française 2006.
C'est aussi grâce à ce roman qu'il obtient le 8 mars 2007 la nationalité française pour « contribution au rayonnement de la France » après deux tentatives infructueuses en 2006.
(Wikipédia)

Les Bienveillantes :
Le début (Toccata) m’a plutôt ennuyé…l’éternelle justification des bourreaux malgré eux…
Dés le début de la campagne de Russie, on rentre enfin dans le vif du sujet, si je puis dire…
Il est clair qu’Aue n’est pas un psychopathe, confusément il sait que ce qu’il fait est mal mais il se convint, dans un premier temps, plus ou moins d’ailleurs, que cela est nécessaire…et puis il refuse d’y penser.
Lorsque l'on s’attaque aux enfants, il est horrifié puis réfléchissant il se rend compte que non seulement cela est moralement inadmissible mais sur un plan économique et militaire désastreux mais il continue…
Littell nous décrit, avec talent, la descente du bourreau dans la « fosse »…une fois que l’on a un pied dedans, il est très difficile d’en sortir et l’on accepte d’en faire un peu plus puis un peu plus puis…
A ce titre, la déliquescence de l’armée allemande est exceptionnelle rendue.

Bien sûr ce roman n’est pas sans défaut…l’auteur s’enfonce parfois dans des détails trop longs, voire inutiles, et il y a plusieurs fautes de français, parfois dérangeantes…mais c’est un livre qu’il faut lire pour cette incroyable descente aux enfers d’un homme "ordinaire" et cultivé.
Certes cet homme a eu une relation incestueuse avec sa sœur mais à une seule occasion mais il y repense et fantasme en les multipliant (suivant les versions la relation sexuelle peut laisser penser à un viol, à un accident voire à des simples attouchements) que quand ses tabous sautent les uns après les autres, certes il est homosexuel mais de toute façon de moins en moins sexuel après sa conversion totale à l’apologie de la race supérieure, certes il tue vraisemblablement sa mère mais ce n’est que par analogie avec le nazisme, les ennemis devant être éliminés…il va inconsciemment jusqu’au bout de la logique du système.

L’accusation « d’anormalité » du héros par les détracteurs du roman est à la fois ridicule et juste…les sociétés évolues, pour le meilleur mais aussi pour le pire, du fait d’hommes qui se situent en dehors des normes mais en n’y réfléchissant bien nous sommes tous anormaux quelque part…
En fait, cet homme croit d’abord au nouveau système qu’on lui propose…mais il n’y participe que modérément puis quand il n’a plus le choix (il est soupçonné d’homosexualité, c’est donc la SS ou les camps) il oeuvre à des actions qu’ils jugent déplaisantes et injustes pour les personnes frappées mais nécessaire à l’instauration d’une société juste. Puis, quand on en arrive aux meurtres d’enfants, il y a une résistance, le doute s’immisce mais la logique du système est là, si le sang n’est pas pur, tout ce qui a été fait précédemment deviendra inutile, tous ces morts pour rien…il faut donc continuer…

Imperceptiblement la logique du système change, une fois les boucs émissaires désignés puis éliminés, il faut en trouver d’autres pour les remplacer et le monstre finit par s’auto dévorer. Les incohérences se multiplient, à tous les niveaux les comportements deviennent de plus en plus contradictoires avec les discours…et les dirigeants, aveugles, s’en prennent, naturellement, de plus en plus aux plus faibles des leurs.
Mais que deviennent les hommes qui ont cru à ses discours…se renier serait reconnaître son statut d’assassin, ceux qui s’y refusent ne peuvent que devenir amoraux, des "psychopathes ordinaires" comme notre héros…
La fin du roman, dans l’Allemagne occupée, que je ne raconterais pas, est stupéfiante…la "meute" d’enfants est particulièrement symbolique du pouvoir de l’éducation !
_________________
Hier encore un,
Chaque pétale de neige,
Redevient de l'eau.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 23 Jan - 21:05 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Littérature française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com