L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum
L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Sylvie Germain

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Littérature française
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dewey
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 31 Jan - 22:39 (2014)    Sujet du message: Sylvie Germain Répondre en citant

 

 

 
Biographie : 

Elle est née en 1954. Au cours des années 70, Sylvie Germain suit des études de philosophie, auprès d'un professeur qu'elle admire, Emmanuel Lévinas. Son mémoire de maitrise porte sur la notion d’ascèse dans la mystique chrétienne, et sa thèse de doctorat concerne le visage humain.

Elle commence à cette époque à écrire des contes et des nouvelles. Elle part ensuite en voyage dans les pays de l'Est et c'est à cette occasion qu'elle découvre la Tchécoslovaquie, pays dont elle tombe amoureuse. Revenue en France, alors qu'elle travaille au ministère de la culture, elle envoie à l'écrivain Roger Grenier un manuscrit. Celui-ci, à la lecture de ses mots, l'encourage dans la voie de l'écriture. Sylvie Germain suit ses conseils et en 1984 publie Le Livre des nuits, un roman fleuve de 700 pages, qui reçoit six prix littéraires.

À la suite du succès de son premier roman, en 1986, elle part vivre à Prague où elle enseigne la philosophie à l'École française. Les années pragoises sont l'occasion de l'écriture puis de la publication en 1989 de Jours de colère, qui reçoit le prix Femina.

En 2000 elle publie plusieurs livres dans des genres variés : un récit de voyage, un essai spirituel et un album de photographies. En 2002 parait un nouveau roman, La Chanson des Mal-aimants.

Magnus, paru en 2005, reçoit un accueil enthousiaste du public et le prix Goncourt des lycéens.

Depuis janvier 2007, elle soutient Bibliothèques Sans Frontières, une jeune ONG qui vise à faciliter l'accès au savoir dans les pays en développement.  

 
Source : Babélio. 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 31 Jan - 22:39 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dewey
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 31 Jan - 22:39 (2014)    Sujet du message: Sylvie Germain Répondre en citant

La Pleurante des Rues de Prague

Alors comment dire sans paraître excessif ? Allez au diable l’excès Sylvie Germain est devenue ma romancière française préférée avec Boris Vian. Ce n’est certes pas le même style mais ils ont deux points en commun selon moi : l’amour de la langue française, et le génie de raconter une histoire.
En fait Sylvie Germain nous narre des photographies, des instants poétiques où se mêlent le lyrisme et mysticismes d’un côté et histoire et psychologie de l’autre. 
Grâce à son talent, son écriture met davantage en exergue la beauté des paysages et des situations que si nous en étions directement spectateurs. C’est exceptionnel chez un écrivain de parvenir à nous faire souhaiter d’être loin d’une scène décrite pour en comprendre toute la beauté. Nous suivons donc les manifestations de la Géante sorte d’alter égo du Golem de Prague qui s’oppose à lui par La réception de toutes l es émotions de la ville mais également parce qu’elle incarne le monde tchèque dans toute sa complexité au contraire du Golem créature sans poésie ni sentiments. La Géante est une allégorie de la souffrance qui passe et qui revient. Nous ne pouvons la lier qu’au réel personnage principal, la ville, Prague dont je suis éperdument amoureux et donc extrêmement exigeant lorsqu’il s’agit de la conter. Merci donc Madame Germain j’ai revu les places, les trottoirs, les pavés, les bâtiments, l’atmosphère, les émotions, j’ai tout revu grâce à vous sans pouvoir voyager autrement que par vos lignes. En un instant j’étais à nouveau chez moi et cela fait beaucoup de bien.

Je reviens sur la qualité de l’écriture qui est remarquables avec un vocabulaire riche mais pas précieux, une construction de phrases musicales mais pas académique, et une construction narrative rigoureuse mais pas rigide. Que de chaleur dans ce semblant d’austérité qui finalement ne trompe pas. C’est un livre français qui pourrait très bien être écrit par un tchèque et c’est bien là le plus bel éloge que l’on puisse faire à Sylvie Germain. Car s’aventurer dans Prague est un exercice périlleux pour n’importe quel écrivain étranger. 
Revenir en haut
mimipinson
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 31 Jan - 22:51 (2014)    Sujet du message: Sylvie Germain Répondre en citant

L'enfant méduse
Gallimard, 1991/Folio ,1993
320/288 pages

4ème de couverture:

Citation:

Une petite fille, Lucie Daubigné, vit une enfance paisible et heureuse dans un village du Berry, au cœur des landes et des marais peuplés d'oiseaux, d'insectes, de crapauds et de fées invisibles. Les voix des bêtes, du vent et des légendes restées vivantes tissent le chant de la terre. Un chant plein de douceur.
Mais le calme bonheur du lieu et de l'enfance est soudain brisé. Un ogre rôde dans le pays, avide de corps de petites filles. La douleur et le deuil se lèvent sur son passage. Lucie devient la proie de l'ogre. Mais, si celui-ci ne la tue pas, comme ses autres victimes, il détruit peu à peu en elle l'innocence, la joie de vivre, l'amour et la bonté. Lucie, rongée par son secret de honte et de souffrance, se transforme en une créature maigre, laide et haineuse. Elle s'ensauvage. Le chant de la terre devient un chant de guerre et de vengeance. Armée de la seule force de son regard, l'Enfant Méduse entreprend le combat contre l'ogre. Lucie vaincra, mais ni la paix, ni l'innocence ne lui seront rendues. La douleur, la violence et la haine ont pris trop profondément racine en elle. Il faudra longtemps à Lucie, très longtemps, pour réapprendre à vivre en paix avec le mal, avec les autres et elle-même...



Il y a plusieurs manières de parler de l’inceste ; Sylvie Germain  a choisi d’emprunter le langage du conte, et une écriture riche et lumineuse pour accompagner la détresse et la solitude d’une enfant.

Lucie (étrange coïncidence de ce prénom porteur de lumière, avec la scène inaugurale que décrit Sylvie Germain, très belle) a huit ans ; elle est arrivée dans sa famille un peu par hasard, à la faveur d’un remariage de sa mère qui voue un culte à son Epoux décédé, héros de la guerre, et à son petit Roi-soleil de fils. Pour Aloïse, le monde s’arrête là. Lucie, doit s’en accommoder. Il y a  son ami Louis –Félix, l’astronome en herbe, son jumeau, il y a la nature, les marais, les crapauds, ce père effacé et ignoré de sa femme qui se réfugie dans son garage pour converser avec le monde entier.
Et puis il y a l’ogre, ce  salaud silencieux qui tue au propre comme au figuré.

« Du jour où l’ogre a fait main basse sur elle, plus jamais Lucie n’a connu la vraie joie. La première chose que dévora l’ogre en elle, ce fut précisément la joie. »

Lucie à sa manière va lutter, prier, se taire, s’enfermer, s’isoler, souffrir. Mais Lucie, c’est un trésor de force intérieure, et de pardon.

« Elle a enfin retrouvé le goût de voir par-delà la honte et la frayeur. Elle a reconquis un regard, et cela avec une force inespérée car elle l’a redressée loin des humains, tant adultes  qu’enfant ; elle l’a reconquis auprès des bêtes et des bestioles les plus déconsidérées, sinon réprouvée. »

La prose de Sylvie Germain est incontestablement belle, imagée, riche, pléthorique, exubérante. Elle passe très bien ici, parce que ce vocabulaire est au service d’une histoire, d’un sujet, d’un personnage. En revanche je ne suis pas certaine que dans un registre plus imaginaire, j’y sois plus perméable.

Cette écriture chargée, trop sans doute pour celles et ceux que la sobriété attire davantage, vaudra pour moi un usage parcimonieux pour continuer à apprécier à sa juste valeur  cette plume singulière .
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:55 (2017)    Sujet du message: Sylvie Germain

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ancre des lecteurs - forum littéraire du livre, forum sur la littérature Index du Forum -> Le cœur du forum : critiques littéraires libres de nos lectures, des auteurs et des livres -> Littérature française Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com